L’Automédication et ses risques

AutomedQui n’a pas pris les médicaments de sa mère ou de sa sœur
pour tel ou tel mal ?

L’automédication consiste également à se rendre chez le pharmacien afin d’acheter un médicament après avoir vu sa publicité à la télévision ou dans la presse : une attitude qui peut pousser à une consommation excessive et inappropriée.

Mais l’automédication présente plusieurs dangers et peut entraîner d’autres graves conséquences telles que :

  • Retard de diagnostic
  • Méconnaissance des effets secondaires
  • Méconnaissance de la composition du médicament
  • Erreur de posologie
  • Non respect des dates de péremption
  • Toxicité méconnue
  • Aggravation d’un état au départ peu grave
  • Non prise en compte d’allergies
  • Danger de cumuler plusieurs médicaments incompatibles
  • etc… »

C’est d’autant plus vrai pour nous les myasthéniques qui sommes sensibles à certaines molécules présentes dans ces produits.

Le meilleur exemple est la Lidocaïne dans les pastilles pour la toux ou bien la Chlorphénamine dans « Humex rhume nuit » ou « Rhinofébral » ou encore la Diphénidramine dans « Actifed » ou « Nautamine ».

C’est la raison pour laquelle vous devez toujours présenter la liste des substances interdites ou à utiliser avec précaution à votre pharmacien.

Dernière MàJ le : 28 juillet 2016 à 8 h 29 min

Page créée le 11 octobre 2012