Augmentation de la fatigue Myasthénique

la fatigue myasthénique Plusieurs choses peuvent augmenter temporairement la fatigue myasthénique :

  • les infections (un rhume, une pneumonie ou même un abcès dentaire),
  • la fièvre,
  • une chaleur ou un froid excessif,
  • un effort excessif,
  • un stress.

Une thyroïde trop ou trop peu active peut également aggraver la myasthénie ainsi qu’un taux de potassium trop bas comme cela est le cas lors de la prise de diurétiques ou en cas de vomissements fréquents.

Une opération chirurgicale ou une thérapie par radiation peuvent également aggraver temporairement la myasthénie.

Certaines femmes constatent également une augmentation de la sévérité de leur myasthénie lors de certaines périodes de leur cycle menstruel, lors de la grossesse ou après l’accouchement.

L’effet de la grossesse sur la myasthénie suit la règle du tiers :

  • un tiers des myasthéniques enceintes s’améliore,
  • un autre voit son état empirer
  • tandis que le dernier tiers ne constate aucun changement.

Chaque grossesse est différente et la façon dont se passe une grossesse ne permet pas de prédire la façon dont se passera la grossesse suivante.

Fréquemment la myasthénie se manifeste elle-même la première fois durant une grossesse.

Les médicaments habituels pour traiter la myasthénie comme les anticholinestérasiques ou la prednisone ne semble pas associés avec un risque significatif de malformations congénitales et les plasmaphérèses peuvent être conduites sans risque durant la grossesse.

Les problèmes obstétriques chez des myasthéniques sont assez rares dans la mesure où l’utérus, un muscle lisse, n’est pas affecté par la myasthénie. Ce n’est que lors de la deuxième étape du travail, lorsque les muscles striés de l’abdomen sont utilisés, que la fatigue myasthénique devient observable.

De plus, la plupart des femmes constatent une augmentation de leur fatigue après l’accouchement et celle-ci peut être plus importante en cas de myasthénie.

Les personnes avec une myasthénie doivent être sûres que leurs médecins et dentistes connaissent les médicaments déconseillés en cas de myasthénie.

Les plus communs d’entre eux sont les médicaments utilisés pour traiter la myasthénie (trop d’ anticholinestérasiques, trop de médicaments stéroïdiens ou de médicaments thyroïdiens) mais les agents anesthésiques, les myorelaxants, les sels de magnésium, les anticonvulsifs et autres stabilisateurs (cardiaques par exemple) ainsi que les antibiotiques aminoglycosides sont généralement considérés comme pouvant exacerber la myasthénie.

Le tableau inclus les médicaments qui sont rapportés dans les revues médicales comme pouvant causer de la faiblesse dans les êtres humains. (voir la rubrique contre-indications médicamenteuses)

Le sens commun toutefois dit qu’une arythmie par exemple ou bien une infection sensible seulement à l’un des antibiotiques sur la liste doit prendre le pas sur la myasthénie, et le médicament en question devra être utilisé avec précaution. Un bracelet médical d’alerte ou la carte de myasthénique peut alerter le personnel médical sur les précautions à prendre dans l’usage de certains médicaments en cas d’accident ou de crise.

Dernière MàJ le : 28 juillet 2016 à 8 h 08 min

Page créée le 29 septembre 2012