La cyclophosphamide (« Cytoxan®)

La cyclophosphamide (Cytoxan®) n’est considérée que pour les cas les plus sévères lorsque les autres traitements ont échoué.

La perte de cheveux et le risque d’hémorragie de la vésicule ou de cancer de la vésicule sont des effets bien connus qui doivent être pris en considération.

Néanmoins, l’expérience des Philippines a rapporté des rémissions complètes pendant un an et demi chez 3 patients sur 4.

Le régime expérimental dans lequel la cyclophosphamide est donnée par voie orale ou intraveineuse une fois par semaine plutôt que chaque jour semble réduire le risque d’apparition des effets secondaires.

L’utilisation de ce traitement nécessite toutefois l’aide d’un rhumatologue ou d’un oncologue dans la mesure où ils sont plus familiers avec ce type de traitement que la plupart des neurologues.

Dernière MàJ le : 3 décembre 2012 à 16 h 18 min

Page créée le 29 septembre 2012