Les plasmaphérèses

Parler de plasmaphérèses est un terme inadapté fréquemment employé par certains neurologues. En effet le terme plasmaphérèses désigne une élimination du plasma du patient sans remplacement, comme lors d’un don de plasma. On lui préférera le terme d’échanges plasmatiques.

Les plasmaphérèses ou échanges plasmatiques consistent à passer le sang du patient dans une centrifugeuse et retourner la fraction cellulaire complétée par du plasma artificiel dans la veine.

Ces échanges sont utilisés répétitivement sur 2 semaines (un jour sur deux) lorsqu’un bénéfice rapide est attendu en cas de crise respiratoire imminente, avant une opération (par exemple une thymectomie) ou une irradiation. Le but principal est d’éviter ou de raccourcir le séjour en unité de soins intensifs à l’hôpital.

Des études montrent que les échanges plasmatiques semblent être plus efficaces que les traitements par immunoglobulines pour les patients ayant des anticorps anti MuSK.

Cette opération dure environ 2 heures et consiste à retirer le sang du malade puis à lui restituer ses propres globules rouges dans un autre produit appelé produit de substitution, constitué par une solution d’albumine ou, plus rarement, par un plasma de donneur. Cette technique permet ainsi de remplacer par du plasma sain le plasma des malades possédant dans leur sang des auto-anticorps nocifs.

Généralement, le traitement nécessite plusieurs séances. Toutes les recommandations s’accordent sur le fait que 5 à 6 séances, tous les 2 jours, sont nécessaires pour un résultat clinique optimal.

Efficaces de façon transitoire, les échanges plasmatiques sont contraignants car ils nécessitent une hospitalisation de quelques heures (en général, 1/2 journée).

Certains patients deviennent plus vigoureux les jours qui suivent la procédure mais les bénéfices durent seulement quelques semaines.

De plus en plus de centres utilisent également les échanges plasmatiques comme un traitement à long terme avec des patients qui viennent tous les mois recevoir un échange. Il faut cependant noter qu’il n’existe que peu de littérature sur cette dernière approche.

Dernière MàJ le : 21 juin 2016 à 15 h 35 min

Page créée le 29 septembre 2012