Contre-indications médicamenteuses

• Qui n'a jamais pris les médicaments d'un autre ? Attention à l'automédication !

L’automédication consiste également à se rendre chez le pharmacien afin d’acheter un médicament après avoir vu sa publicité à la télévision ou dans la presse : une attitude qui peut pousser à une consommation excessive et inappropriée.

Mais l’automédication présente plusieurs dangers et peut entraîner d’autres graves conséquences telles que :

  • Retard de diagnostic
  • Méconnaissance des effets secondaires
  • Méconnaissance de la composition du médicament
  • Erreur de posologie
  • Non respect des dates de péremption
  • Toxicité méconnue
  • Aggravation d’un état au départ peu grave
  • Non prise en compte d’allergies
  • Danger de cumuler plusieurs médicaments incompatibles
  • etc…

C’est d’autant plus vrai pour nous les myasthéniques qui sommes sensibles à certaines molécules présentes dans ces produits.

Le meilleur exemple est la Lidocaïne dans les pastilles pour la toux ou bien la Chlorphénamine dans « Humex rhume nuit » ou « Rhinofébral » ou encore la Diphénidramine dans « Actifed » ou « Nautamine ».

C’est la raison pour laquelle vous devez toujours présenter la liste des substances interdites ou à utiliser avec précaution à votre pharmacien.

Le patient doit avoir sur lui une liste de médicament qu'il ne doit pas consommer.

Ces médicaments risquent de déclencher une crise myasthénique.
On trouve parmi ces contre-indications deux niveaux et des cas particuliers :

ABSOLUES

RELATIVES

Curarisants
Aminosides, colimycine, polymyxine, cyclines injectables
Quinines, quinidine, procaïnamide
Béta-bloquants (même en collyre)
Diphenyl-hydantoïne, trimethadione
Dantrolène
D-penicillamine

Benzodiazépine
Neuroleptiques
Carbamazépine
Lithium

Le patient doit avoir sur lui une liste de médicament qu'il ne doit pas consommer.

Ces médicament risquent de déclencher une crise myasthénique.
On trouve parmi ces contre-indications deux niveaux et des cas particuliers :

ABSOLUES

Curarisants
Aminosides, colimycine, polymyxine, cyclines injectables
Quinines, quinidine, procaïnamide
Béta-bloquants (même en collyre)
Diphenyl-hydantoïne, trimethadione
Dantrolène
D-penicillamine

RELATIVES

Benzodiazépine
Neuroleptiques
Carbamazépine
Lithium

CAS PARTICULIERS

L’allopurinol potentialise l’effet de l’azathioprine : il faut réduire la dose des 2/3.
L’injection d’iode pour examen radiologique de contraste peut induire une décompensation aigüe ; elle est déconseillée en cas de poussée.
Vaccinations : retentissement sur la myasthénie mal documenté. La vaccination contre la poliomyélite, le tétanos et la grippe n’entraînent pas d’aggravation lorsque la myasthénie est bien contrôlée.
Les vaccins vivants (par exemple polio buccal) sont formellement contre-indiqués chez les patients sous corticoïdes ou immunosuppresseurs.
L’interféron alpha peut aggraver voire induire une myasthénie.
L’utilisation de patch de nicotine pour le sevrage de l’intoxication tabagique peut aggraver la myasthénie.
Pour les curarisants, l’usage de molécules non dépolarisantes de dégradation rapide, comme l’atracurium, est possible.

Les médicaments sont détaillés en listes classées selon 2 critères

Ces listes ont été préparées à partir d’éléments puisés aux meilleurs sources, notamment le dictionnaire Vidal des spécialités et la carte de soins et d’urgence établie par le Ministère français de la Santé avec le concours de l’Association Française contre les Myopathies (AFM-TELETHON).
L’usage de la dénomination commune internationale ou D.C.I. a été retenu pour l’identification des principes actifs.
Bien que ces listes soient très complètes, elles ne prétendent pas être exhaustives ni se substituer à l’avis des spécialistes.

Mais seul un médecin est apte à juger du bien-fondé de l’usage d’un principe actif et d’en évaluer le rapport bénéfice/risque.

Vous pouvez télécharger les listes en cliquant ici: ->   Liste des médicaments à télécharger.

• Médicaments contre-indiqués par famille​ thérapeutique

Les principes actifs en gras et surlignés sont contre-indiqués pour les myasthéniques, les autres sont à utiliser avec précaution.

• Médicaments contre-indiqués par DCI
(dénomination commune internationale)

Les principes actifs en gras et surlignés sont contre-indiqués pour les myasthéniques, les autres sont à utiliser avec précaution.